Les paysages sacrés
Leila Zelli, Les paysages sacrés, 2018, vidéo d’animation, couleur, 2 min 50 s

  • Présenté à l’exposition Fotostop 2021 au Musée du Bas Saint-Laurent, du 30 janvier au 11 avril 2021, Rivière-du-loup

Deux séries d’images entrent d’abord en relation par une rime structurelle (les mêmes angles, profondeurs, excroissances, mises au foyer) et par un contraste esthétique (le noir et blanc/la couleur, la lumière crue/la douceur). Elles présentent d’une part les plis du vieux Coran de la grand-mère de l’artiste, de l’autre, les pétales secs d’une rose de Damas rapportée de voyage par sa mère (la guerre initiée par le groupe armé État islamique est en train de faire disparaître cette fleur originaire de Syrie). La relation entre les photos n’est évidemment pas seulement formelle, elle soulève de manière subtile, presque souterraine, le questionnement de la relation entre la religion et la guerre.
«Les paysages sacrés mettent en parallèle des images d’un vieux Coran donné par sa grand-mère et de roses de Damas, une fierté syrienne qui est en train de disparaître à cause de la guerre. Pour se questionner sur les liens entre guerre et religion, elle nous offre un objet d’art à la beauté fragile.»
LE SOLEIL








Photos : Leila Zelli 



Vue de l’exposition Fotostop 2021 au Musée du Bas Saint-Laurent
Photo : Jean-François Lajoie